Newsletter

Contact

Agenda

Autres évènements
en région

30 mai 2017 - Face aux maltraitances involontaires en santé, faut-il penser une éthique de la transgression ?

Présentation de la conférence :

Lorsque des pratiques dans le champ de la santé peuvent, involontairement, contribuer à générer de la souffrance plus qu’à la soulager, l’éthique du soin ne résiderait-elle pas dans la transgression des normes qui encadrent ces manières de faire ou de penser ?

Qu’il s’agisse du sentiment d’être objectivé ou plus gravement encore de l’obstination thérapeutique déraisonnable, les patients ou leurs proches témoignent parfois de formes de maltraitances subies qui ne relèvent pas d’une intention consciente ou délibérée de la part des équipes soignantes. Ces maltraitances involontaires, mais bien réelles, génèrent de la souffrance aussi bien chez les patients que chez les professionnels de santé. Elles participent d’une dégradation des relations entre soignants et soignés, au détriment des uns comme des autres.

Comment rendre-compte de ce phénomène paradoxal et expliquer que le monde médical peut parfois et sans le vouloir produire aujourd’hui autant de souffrance qu’il n’en soulage ?

Les explications sont multiples, et la maltraitance peut trouver son origine aussi bien dans l’organisation institutionnelle du travail soignant que dans la culture médicale, son éthique et sa manière d’appréhender ce qu’est le bien.

Pour sortir de ces formes particulières de maltraitance, il peut-être alors utile de remettre en cause les normes établies lorsqu’elles produisent ces situations de non-sens soignant,  et penser une forme d’éthique de la transgression.

Il s’agira lors de cette rencontre d’éclairer, pour mieux en débattre, la complexité de cette question sensible, à travers les réflexions et les témoignages croisés de soignant-e-s et de soigné-e-s. L’objectif n’est pas de porter un regard moralisateur, mais d’ouvrir à une réflexion constructive, animée par un souci de considération pour l’avenir des relations entre soignants et soignés dans notre système de santé

Intervenants :

- Mme Florence BRAUD, aide-soignante et auteure du blog « Soignante en devenir »
- Mme Sophie DURAND-VIEL, psychologue clinicienne à l’Unité de Soins Palliatifs du CHU de Besançon
- M. Philippe FLAMMARION, président de l’ARUCAH Franche-Comté (Association des Représentants des Usagers dans les Cliniques, les Associations et les Hôpitaux de Franche-Comté)
- Mme Gisèle LERCH, membre de l’association « Vivre comme avant » (association constituée de femmes bénévoles qui ont eu un cancer du sein et qui accompagnent les femmes qui, à leur tour, sont atteintes par cette maladie)  et membre de la Commission des Usagers de l’Hôpital Nord-Franche-Comté

Documents :